Que penser des partenariats des GAFA avec nos services publics?

Les géants de l’Internet débarquent aujourd’hui dans le monde éducatif, mais aussi celui de la recherche d’emploi et de la formation, sans contrôle, ni recul, sur leurs intentions. Certains enseignants dénoncent une intrusion des géants de l’Internet à l’école et dans l’enceinte universitaire.

Est ce quelque chose qu’il faut accepter? qu’il faudrait mieux contrôler?

Les GAFA ont signé des partenariats emblématiques avec nos services publics

En novembre 2015, Microsoft a signé un partenariat avec l’Éducation Nationale dans le cadre du plan numérique à l’école, portant sur la formation des enseignants, la maîtrise des environnements Microsoft en classe, la mise à disposition d’un écosystème Cloud et d’une plate-forme de formation à distance ainsi que l’apprentissage du code. Ce partenariat a été controversé.

Facebook a signé en janvier 2018 un programme de formation en partenariat avec Pôle Emploi. L’objectif est de former 50 000 personnes d’ici 2019 sur les compétences digitales. En parallèle, le réseau social a annoncé le lancement en France de « SheMeansBusiness », une campagne qui devrait permettre à 15 000 femmes d’être formées aux technologies numériques. Ces initiatives s’inscrivent dans un programme pan-européen de Facebook dont l’ambition est de former d’ici 2020 un million de personnes et créateurs d’entreprises dans le secteur IT.

Depuis 2018, Google forme des étudiants  à l’université d’Angers, de Marne-la-Vallée ou encore de Lorraine. Treize mille personnes ont déjà suivi leurs modules consacrés aux outils Web et au marketing digital. 100 000 personnes ont été formées au total, si on compte ceux qui ont suivi le cours en ligne (MOOC) ouvert depuis mai 2016.

Facebook vient d’investir 10 millions d’euros dans un laboratoire d’intelligence artificielle basé à Paris, avec le recrutement de 30 chercheurs et l’accueil de 40 doctorants à l’horizon 2022. Il prévoit de financer des bourses d’études auprès de plusieurs universités.

Peut-on laisser aux GAFA les clés de la maison?

Comme je l’ai déjà évoqué à plusieurs reprises dans le blog, Google, Apple, Facebook et Amazon ne payent en réalité quasiment aucun impôt en France et en Europe, grâce à des montages d’optimisation fiscale qui redirigent le profit vers des paradis fiscaux où l’impôt est nul.

Donc avant d’accepter qu’ils participent bénévolement au service public, j’ai envie de leur dire: commencez par payer vos impôts!

Par ailleurs, se pose également la question de la neutralité de ces formations : Est-il possible d’imaginer que les « experts » de facebook puissent former les personnes chez Pôle-emploi à utiliser des outils des concurrents de facebook, ou des logiciels libres ?

Je pense que ces formations peuvent avoir une valeur ajoutée mais il faudrait ensuite que les enseignants puissent revenir dessus, avec un regard critique et que les enseignants présentent en contrepoint des formations sur les alternatives, les logiciels libres…

On ne peut pas donner aux GAFA la clé de la formation en France sur le numérique. L’expérience montre que la stratégie de ces entreprises est souvent à double tranchant. Ils commencent par proposer des outils gratuits, ils créent une dépendance à un usage. Puis, ils sifflent la fin de la récré et finissent par tout rendre progressivement payant (par exemple l’appli de google maps qui est devenu payante en 2018 ou encore les commissions de Bookings et Uber qui ont augmenté progressivement).

Et vous, qu’en pensez vous?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *